La bonne idée, pour le bon public.

C’est si simple qu’on semble l’oublier.

Pourtant,  Tim Frick, dans son livre Managing interactive media projects, nous dresse le profil d’une entreprise qui a mis en action cet adage.

Threadless.com, une compagnie spécialisée dans le design et la vente de t-shirts en ligne, a connu des débuts modestes avant d’exploser en 2005 avec des ventes de 6,2 millions de dollars. Dès le début de leur aventure, les créateurs Jeffrey Kalmikoff, Jake Nickell et Jacob DeHart ont compris l’importance d’être à l’écoute de leurs clients, notamment en ajoutant et en enlevant des fonctions à leur site web. Celui-ci était donc refait entièrement tous les trois mois en tenant compte de la rétroaction des utilisateurs. Du nouveau contenu est ajouté ou amélioré sur une base quotidienne et tout ce succès est généré uniquement par le bouche-à-oreille :

«We won’t spend a dime on advertising. What we do is ridiculous stuff to get people to talk about what we’re doing. We give incentives to get people coming back or to tell their friends about us. We try to make sure it’s fun and interesting for everyone.»
– Jeffrey Kalmikoff

La clé du succès pour les fondateurs de Threadless.com est de garder en tête le public qui achète leurs t-shirts, maintenir une certaine exclusivité à leurs produits et rester authentique.

Créez pour vos usagers. Ou ne créez pas.

Threadless.com est un exemple de bonne pratique où l’usager/client est au centre du processus de création.

Avant de laisser Seth Godin vous énumérer toutes sortes de mauvaises pratiques, tous domaines confondus, j’aimerais partager avec vous un conseil tiré du livre The User Is Always Right de Steve Mulder : « les décisions que vous prenez par rapport au design doivent être guidées par ce que vous savez des utilisateurs ».

Le même principe s’applique partout, autant pour le développement d’un projet multimédia d’envergure, que la création d’une nouvelle entreprise ou la rédaction d’un simple billet de blogue. Ayant mes utilisateurs/lecteurs en tête, vous comprendrez donc la raison de la brièveté de ce billet.

Sans plus attendre, Seth Godin : This is broken.

(Notez bien un FAIL, gracieuseté Bell Canada, à 10min24sec!)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :