La foire des vins français à la SAQ

La dernière publicité télévisuelle de la Société des alcools du Québec (SAQ) est un bijou d’humour… à condition de la regarder sans susceptibilité! Elle met en scène un Français agité et assez caricatural, qui lance ses phrases sur un débit rapide et pratiquement sans reprendre son souffle, sous les yeux d’un employé de la SAQ. Ce dernier, Québécois pure laine, est complètement abasourdi par le discours du client; discours auquel il ne comprend pas grand-chose si ce n’est qu’il doit proposer un vin français à son vis-à-vis. Les pensées de l’employé s’expriment grâce à des bulles qui illustrent parfaitement son incompréhension.

En tant qu’immigrée d’assez longue date, j’ai la chance d’être « bilingue franco-québécois ». Dans le cas de cette publicité, cela me permet de comprendre aussi bien le texte du client français que le non-verbal de l’employé québécois. Pourtant, en discutant avec des collègues de cette publicité, développée par l’agence Sid Lee, j’ai découvert que le discours du Français reste assez hermétique, car trop rapide et surtout truffé d’expressions typiquement hexagonales. Par exemple, l’homme annonce qu’il doit se dépêcher puisqu’il lui faut prendre ses « lardons chez la baby-sitter ». Il faut une bonne dose d’immersion française pour savoir qu’il parle de ses enfants et non de petits bouts d’une sorte de bacon!

De fait, cette publicité s’appuie sur les préjugés culturels et linguistiques qui continuent d’être véhiculés de part et d’autre de l’Atlantique. Le Français est une « grande-gueule  » dont le discours est parsemé de mots anglais et de formules plus ou moins argotiques; le Québécois reste correct et avenant, mais n’en pense pas moins. C’est quand même audacieux de la part de la SAQ de baser sa campagne de publicité pour la sixième édition de sa « foire aux vins français » sur le vieux débat de la pureté de la langue. Tous les clichés se retrouvent dans les quelques secondes que dure cette publicité!

Le risque de froisser d’éventuels clients n’est cependant pas bien grand pour la SAQ, puisque les Québécois, qui consomment annuellement à peine 22 litres de vin en moyenne par personne (contre 64 litres pour les Français!), continuent de plébisciter les vins français. L’impact de cette publicité est moins une question de consommation d’alcool que de comportement linguistique. Est-ce vraiment original de mettre une fois de plus le doigt sur la prétendue négligence des Français face à leur langue? Comment comprendre le lien entre le fonctionnement linguistique et la consommation spécifique de vins français distribués par la SAQ? Je ne sais pas répondre à ces questions, car ma condition de Française au Québec teinte mon jugement, même sur le plan communicationnel. Surtout sur ce plan, peut-être!

Les données sont extraites du rapport annuel de la SAQ.

Publicités

20 Réponses

  1. Bonjour,

    Je trouve cette pub de la SAQ bien rigolote puisque, comme vous dites, elle met le doigt sur un irritant entre Québécois qui n’arrivent pas à se faire comprendre dû à leur accent, leur syntaxe approximative et leurs expressions teintées d’anglicismes, d’archaïsmes et de néologismes et les Français, dont le débit rapide, le vocabulaire de plus en plus truffé de mots et d’expressions anglais pour faire cool, américain, puisque l’Amérique semble obnubiler les Français. Par contre, le paradoxe de cette pub sympathique est que c’est le Québécois (le commis de la SAQ) qui agit en expert, en conseillant le Français sur un produit dont normalement il devrait connaître les mérites.
    En tant que linguiste et enseignant la littérature française, prétendant maîtriser assez bien l’écriture, m’exprimant correctement enfin, je subis souvent cet affront du  »vous dites ? » ou du  »quel accent ! », chaque fois que je vais en France. À la longue, cette attitude condescendante toute française agace, puisque la forme semble importer davantage que le propos pour bon nombre de Français. Dommage, car j’aime bien la France.

    • Merci pour votre commentaire. Il y aurait un débat à faire sur la forme la plus anglicisée du français, de part et d’autre de l’Atlantique! De même que sur la conscience des emprunts. Par ailleurs, la condescendance est parfois un fait perçu plutôt qu’émis! Bien des Français ne se reconnaissent pas dans cette façon d’être jugés sur des commentaires qui ne les concernent pas… Quant à moi, j’ai passé les deux premières années de ma vie au Québec à m’entendre dire « vous, les Français »; jusqu’à ce que je me choque et que j’explique que je n’étais qu’une Français parmi 68 millions, atypique et charmante!
      Bonne continuation.

    • Le vrai problème de fond dans cette publicité, c’est surtout qu’elle véhicule un nombre de préjugés assez importants au grand public.
      Cela n’a rien à voir avec la condescendance ni l’accent.
      On retrouve le stéréotype du jeune français qui ne fait aucun effort d’intégration et qui en plus, prend un air supérieur, condescendant vis à vis d’un québécois. Je connais beaucoup de français (l’étant moi-même) au Québec et en France, et je n’en ai jamais entendu un s’exprimer ainsi. Cette publicité me choque et me blesse. Comment pouvons-nous avoir une chance de nous intégrer si même dans la publicité, ce genre d’idée est véhiculée?
      Je ne pense pas qu’une publicité pourrait mettre en scène un stéréotype de minorité visible qui s’exprimerait dans un langage hermétique sans provoquer une esclandre. Alors comment cela peut-il être permis quand il s’agit d’un français? Je pense que c’est le coeur du problème, la banalisation d’un racisme grandissant et très subtil (sauf dans cette pub).

      J’aimerai également reprendre votre fausse croyance sur l’utilisation d’expressions anglaises. Premièrement, il y a une différence entre des expressions anglaises et américaines. Donc un anglicisme ne sert pas à faire américain… Deuxièmement, nous vivons en pleine mondialisation, où la langue anglaise est prédominante, dans tous les domaines (l’économie, le cinéma, la recherche, etc…). Il n’y a donc rien d’étonnant à voir apparaître des anglicismes dans les langages francophones, que ça soit chez les québécois, les français, les suisses, les belges, etc… Les québécois ont juste un peu plus flirté avec la langue anglaise, du fait de leur histoire.

      Les pubs des années précédentes étaient plutôt drôles, mais je trouve celle-ci complètement déplacée.

  2. Savez vous ou je peux trouver cette publicité sur le net ? J’ai cherché partout mais impossible de mettre la main dessus. N’ayant pas la télévision chez je n’ai d’autre choix que de passer par le service du net.
    Merci d’avance

  3. Bonsoir,

    Je pose la même question que mon précédent, non pas que je n’ai pas de télévision, mais j’aimerais bien l’envoyer à un copain… Merci !

  4. Malheureusement, elle n’est pas disponible sur internet. Après vérification auprès de la SAQ, les droits payés ne conceraient que la télévision. Mais je pourrais vous la raconter, ayant la chance de pratiquer les deux français dont il est question, celui du Québec et celui de la France!!
    Bonne journée.

  5. Madame Walter,

    J’ai peut-être généralisé dans mes propos à la suite de votre article. Je tiens à m’excuser si je vous ai froissée, là n’était pas mon intention.

    • Bonjour monsieur Boivin,
      Ne vous inquiétez pas: je me « repasse » aussi vite que je me froisse!! Je crois bien que ma susceptibilité d’immigrée, associée à ma mèche courte de « maudite Française » (c’est moi qui l’écris!!), me chatouille plus souvent que je ne croyais… mais c’est peut-être là le sujet d’un autre débat!
      Merci pour votre mot et son contenu, que j’apprécie à leur juste valeur.
      À bientôt!

  6. J’ai trouvé la vidéo que vous cherchiez…un jeune acteur prometteur !!! http://www.agenceduchesne.com/fr/galerie_video.php?id=272&statut=acteur

  7. Je suis française de mère anglaise et de père français (alsaciens), et j’ai vécu toute mon enfance en Angleterre, mon adolescence en France (Alsace) et ma vie d’adulte un peu partout en Amérique du nord, bref perso déjà les français ne parle pas tous comme ça et il faudrait peu être un jour que les québécois comprennent que la France c’est une mosaïque d’accent et de langage et oui nous ne parlons pas du tout de la même façon d’une région à une autre l’accent québécois n’est qu’un mélange de cht’i anglais des années 50. Mais l’ironie dans cette histoire c’est de voir à quelle point la jalousie est un vilain défaut. J’aime la France et il vrai que nous avons des défauts comme tous le monde, mais je n’aime pas les stéréotype, ma mère est anglaise est c’est par autant qu’elle aime prendre son thé à 16h. Merci donc de ne pas cataloguer les peuples et de s’ouvrir un peu aux autres, les québécois pourront critiquer le jours où il seront une nation, et une grande nation ce qui est loin d’être le cas.

    Merci et vive la France

  8. Étonnant comme une publicité fait du chemin… J’ai écrit ce billet l’an passé à pareille date ou presque, pour les besoins d’un cours. Et voici qu’avec la reprise de la diffusion de la publicité en question (et/ou le retour du cours à l’horaire!), les commentaires reprennent de l’élan.
    Oui, cette publicité choque la Française en moi! Je ne me reconnais en rien dans ce personnage caricatural à l’extrême qu’est le client français à la SAQ. Un peu (beaucoup) de racisme larvé, vous dites? Surtout une très mauvaise connaissance de la réalité française de part et d’autre de l’Atlantique… Elle choque également la Québécoise que je suis devenue, car je ne voudrais pas que mon pays d’adoption s’englue dans les préjugés véhiculés depuis toujours, et tout de même remis en question depuis longtemps.
    Enfin, dans le cadre d’études en communication, je reste surprise de voir que de grandes agences peuvent encore s’appuyer sur de tels poncifs pour promouvoir un produit. C’est gênant, voire facile. À tout le moins critiquable!
    Bonne continuation… autour d’une bonne bouteille de vin!

  9. C’est juste drôle cette publicité à prendre avec humour, en France les gens rient et font de l’humour sur les québécois et sur toutes les communautes ou presque, alors cher(e)s cousin(e)s, il ne faut pas prendre au sérieux cette publicité finement drôle 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :