Le « BYE BYE » se met au « Judo récupérateur » pour 2010

Comment, après toute cette saga autour du « BYE BYE 2008 », Radio Canada a pu annoncer le retour de Véronique Cloutier et de Louis Morissette à la barre du « BYE BYE 2010 », et ce, sans provoquer un chaos médiatique? Quelle a été la stratégie communicationnelle et pourquoi l’avoir choisie?

En adoptant une stratégie de récupération des agressions, l’agressé profite de son statut et en ressort renforcé. Radio Canada a donc fait du « judo » avec les médias, au sens figuré, en accompagnant et en prolongeant le mouvement d’agression pour redéfinir positivement la nature de l’attaque à son profit.

En premier lieu, la récupération consiste à accompagner l’agresseur en acceptant le reproche. C’est pourquoi Radio Canada a mis en ligne une vidéo, mettant en scène Véronique Cloutier et Louis Morissette, parodiant leur propre conférence de presse pour annoncer le nouveau « BYE BYE 2010». Ce prolongement du passé a démontré leur acceptation de l’agression médiatique ainsi que l’absence du sentiment d’affrontement et d’opposition de leur part. Donnant raison aux médias, Radio Canada a brouillé le message scandaleux et tend à se raviser positivement face à la situation.

En relançant la balle aux médias de façon humoristique, Radio Canada cherche à redéfinir cette situation en décrédibilisant le mouvement médiatique l’ayant agressé en 2008 et en l’amenant à réfléchir à propos de l’ampleur disproportionnée de la crise. Grâce à cette stratégie, le réseau de télévision et ses deux artistes ont pu se munir d’une sorte de bouclier protecteur fictif; ce dernier les protège efficacement des reproches possibles à propos des erreurs commises dans le passé.

C’est pourquoi aucune vague médiatique négative n’a fait surface à propos de cette annonce. En effet, suite à la diffusion de cette vidéo, les médias ont relaté activement les faits depuis leurs niches respectives sans véhiculer aucun scandale de leur part.

Difficile d’apporter un jugement sévère quand la cible avoue et se moque de l’inventaire de ses maladresses.

Sources : http://crg.polytechnique.fr/fichiers/crg/publications/pdf/2006-02-23-984.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :