Médecins spécialistes : l’expertise à quel prix?

Soixante jours bien comptés avant un budget déterminant pour l’avenir des finances publiques du Québec, la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ ) lance une campagne d’idées destinée à attirer l’attention du public sur des mesures économiques accrocheuses. Par des teasers télédiffusés et signés lexpertiseaunprix.com,  on  propose de nouvelles sources de revenus pour le gouvernement du Québec (comme taxer l’eau embouteillée, la malbouffe, etc). En remontant à la source du message (le site-signature), le public réalise rapidement –avec l’aide des médias– qu’il s’agit d’une initiative de la FMSQ visant un objectif politique : une meilleure rémunération pour les médecins spécialistes.  Cette stratégie de communication, axée sur l’atteinte d’un objectif corporatif ($$$) par un moyen détourné (une campagne d’idées), comportait dès le départ un risque élevé de réaction négative de la part du public (backlash effect)  qui peut facilement se sentir manipulé par une démarche où la fin justifie les moyens. Probablement fort conscients du risque, les spécialistes ont tout de même opté pour cette offensive stratégique leur permettant d’obtenir des appuis populaires tout en démontrant la capacité de l’État de payer ses professionnels, à quelques semaines du début de leurs négociations salariales avec Québec.

Pour livrer ce combat, les spécialistes avaient tout de même prévu certains moyens permettant de limiter les dommages collatéraux. Au niveau de la rhétorique utilisée, ils n’évoquent jamais directement leur objectif corporatif, mais invitent la population à reconnaître l’importance de bien rémunérer l’ensemble des professionnels du secteur public (l’expertise, ça se paie). Après tout, la fonction publique représente 32  % des emplois rémunérés au Québec alors le fait d’élargir les revendications aux autres corps professionnels peut donner plus de légitimité à leurs revendications. Sur le site de campagne, on invite le public à débattre des idées proposées sur un blogue et à légitimer la démarche des spécialistes en signant une pétition (chaque mesure proposée présente sa pétition, adressée au gouvernement). Par ces tactiques, la FMSQ peut souligner sur différentes tribunes qu’elle obtient des appuis dans la population, tout en laissant un flou artistique sur la nature ceux-ci. S’agit-il d’appuis aux idées qu’elle propose ou bien à la cause défendue (les augmentations de salaire)? Selon un sondage Léger Marketing cité par leur président, la  «démarche» des spécialistes recevrait l’appui de 73 % de la population, déclaration qui entretient cette ambiguïté.  

Malgré les précautions prises pour limiter les effets négatifs, la campagne L’expertise a un prix a tellement eu mauvaise presse qu’elle a forcé la Fédération à  ajuster son message en cours de route pour répondre aux critiques (capsules 1, 2, 3, 4 mettant en scène son président). Au final, cette stratégie d’influence n’aura peut-être pas fourni un levier aussi solide qu’escompté pour faire valoir les revendications auprès du gouvernement.  Il serait d’ailleurs intéressant à ce stade d’évaluer l’empreinte que cette campagne a laissée dans l’esprit des contribuables, une donnée importante dans l’évaluation des prochaines actions à entreprendre dans cette lutte qui ne fait que commencer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :