Il n’y a pas que le CRIAS qui veut humaniser les sciences…l’Ordre des ingénieurs du Québec aussi

La page « 60 secondes avec… » dans le journal Les Affaires de cette semaine rencontre Maud Cohen, la présidente de l’Ordre des ingénieurs du Québec. Cette dernière clame haut et fort : « Il faut vendre le côté humain du génie pour attirer les filles ».

De fait, l’OIQ souhaite intéresser les filles au génie et, visiblement, il faut s’y prendre de bonne heure. L’OIQ s’attaque à la clientèle des adolescentes. Diverses stratégies ont été tentées par le passé, mais l’association naturelle des filles aux disciplines des sciences se tourne davantage vers la médecine, la biologie et la chimie et non vers le génie. L’OIQ a dû s’interroger sur sa cible, sur ce qu’elle savait, sur ce qu’elle recherchait dans sa carrière future pour développer une nouvelle stratégie promotionnelle. Peut-être ont-ils utilisé la technique de la CPS ou encore le cercle de relations pour dégager clairement la problématique et l’objectif de communication ? 😉 Comment faire pour intéresser les adolescentes à une carrière future en génie ? Démystifier la discipline du génie en faisant découvrir concrètement aux adolescentes la facette humaine des diverses spécialisations de génie dès le secondaire (quel bel objectif SMART !). L’objectif de communication de cette nouvelle campagne vient se coller directement à l’objectif organisationnel de l’OIQ : augmenter le nombre d’ingénieurs, assurer la relève de la profession. A+ pour la gestion du projet de communication !

Restera à voir les résultats quantifiables au terme de leur campagne. L’histoire ne dit pas à partir de quand la campagne auprès des filles s’amorcera ni le temps qu’il se donne pour y parvenir. D’autant que les filles seront sollicitées à l’adolescence, qui leur dira que c’est bel et bien l’efficacité de leur campagne qui les aura incitées, rendues à l’université, à choisir la profession de génie ? Plusieurs événements dans leur vie pourront survenir en cours de route et influencer le choix dans un sens ou dans l’autre. La stratégie est là, mais l’article ne fait pas mention des tactiques qui seront utilisées pour y parvenir ni la façon dont l’objectif de communication sera mesuré.

Alors pour le CRIAS, qui avait déjà en tête d’humaniser les sciences, vous êtes sûrement sur la bonne voie.

Publicités

Une Réponse

  1. Merci beaucoup Lissia pour cette référence fort intéressante! De toute évidence, il s'agit de la préoccupation de l'heure pour les acteurs du milieu des sciences et technologies!!Plus j'y pense et plus je me dis que la spécificité de la génération C (http://generationc.cefrio.qc.ca/blog/2009/12/enquete-generation-c-que-doit-on-retenir) complique la recherche de solutions. Ces 12-24 ans, cibles du CREAS et du OIQ!, visent des objectifs à très court terme. Comment faire alors pour les intéresser à s'investir dans l'étude de ces métiers scientifiques et technologiques?Le clé se trouve assurément dans la dynamisation du contenu des cours et dans l'humanisation de ces domaines! ;o)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :