Une Semaine du tourisme responsable qui maximise les médias sociaux

En cette Semaine du tourisme responsable, l’Actualité.com d’aujourd’hui rapporte que le journal Planeta encourage les voyageurs à utiliser certains médias sociaux pour faire connaître une destination, un hôtel ou une expérience de tourisme responsable.

Voilà un concept qui me plait — et qui intéressera sûrement Isabelle! : un événement qui mobilise et une plateforme interactive, un jumelage qui favorise l’action.

Je ne suis pas inquiète du succès que cette campagne remportera, car non seulement le tourisme responsable et les médias sociaux sont à la mode, mais encore les gens adorent donner leur avis et partager leurs expériences de voyage. Imaginez si en plus on déroule le tapis rouge! Toutefois, je suis d’accord avec Gary Lawrence, auteur de l’article : « Même si l’idée d’un tel événement demeure plus que louable, il est cependant quelque peu ardu de s’y retrouver, dans cette sorte de grand supermarché virtuel. »

Quoi qu’il en soit, selon moi, l’idée dépasse même la cible des voyageurs en attirant également les internautes friands d’us et coutumes. En tout cas, moi, qui n’ai malheureusement pas l’occasion de voyager, j’ai tout de suite eu envie de cliquer sur les liens offerts dans l’article pour en savoir plus.

Et vous?!

Publicités

2 Réponses

  1. Infopresse publie justement, ce matin, une étude d'Ad hoc recherche concernant l'utilisation des sites d'évaluation par les pairs (peer-review). Selon la recherche, 42% des internautes disent s'y fier. Selon l'agence AgentWildfire, spécialisée dans les médias sociaux et le bouche-à-oreille, 67 % des décisions d’achat se font par l’entremise des pairs et les consommateurs leur accordent 93 % de taux de confiance. En comparaison, Crop a effectué, en 2006, un sondage sur la perception de la publicité traditionnelle. Selon cette étude, seulement « 11 % des Québécois croient que si beaucoup de publicité est faite sur un produit, on a de bonnes chances qu’il soit bon. Aux États-Unis, c’est 45 %. » (Source Infopresse magazine, mars 2006). Médias sociaux : 1. Pub : 0?Toutefois, là où le bât blesse pour les médias sociaux, c'est dans le contenu. Sans contenu, point de salut. Un site d'évaluation, pour qu'il fonctionne et soit référencé dans Google, doit avoir un nombre suffisant d'évaluateurs, et le contenu doit s'enrichir sur une base régulière. «La foule attire la foule». Et c'est parfois ici qu'entre en jeu la publicité traditionnelle : créer de l'achalandage plus rapidement sur ces sites, attirer des «experts» dont les commentaires seront prisés, etc. Un bon exemple : Auto Trader, un magazine et un site Internet dédié à la vente de voiture d'occasion. En 2006, encore que la version imprimée avait un tôt de pénétration de 83 % chez les vendeurs de voiture, sa version enligne n'obtenait pas sa just part du gâteau, traînant derrière les msnautos, globeauto, driving.ca, de même que les généralistes kijiji, craigs lists, etc. C'est grâce à une campagne traditionnelle (affichage, télévision, magazine) que le site a obtenu une part de marché de 22.7 % chez les 18-34 ans, se hissant en tête du peloton dans ce segment. Voir l'étude de casEn somme, la pub n'est pas morte, pas plus que les réseaux sociaux sont la solution miracle.

  2. Lorsqu'on regarde certaines données, l'industrie touristique a cependant l'intérêt à prioriser le Web, ou le développer. On choisi souvent une petite auberge parce-qu'un collègue ou un ami a aimé son séjour et nous recommande l'endroit. Le bouche à oreille. L'ingrédient magique de la potion d'affaires. Et, rien de mieux que le Web pour propager cette nouvelle, partager ses photos et ses expériences de vacances. Quelques données intéressantes publiées par Claude Péloquin de la Chaire du Tourisme, dans l'article " Décortiquer le cheminement de l’achat de voyage en ligne ». – L’internaute est un véritable kangourou, il bondit d’un site Internet à l’autre à une fréquence impressionnante. Lorsqu’un internaute sélectionne sa destination, il navigue en moyenne sur 3,6 sites. – Pour ses achats touristiques, il en utilise 2,6. – Le pocessus de planification touristique est devenu très complexe. À chacune des phases de réservation, le consommateur visite plusieurs catégories de site avant d'arrêter son choix. – 70% des internautes partagent leur expérience de voyage en ligne (2e industrie en importance au niveau des reviews sur le web).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :